Le harcèlement scolaire est l’un des grands sujets de société de ces dernières années et chacun doit s’en emparer. Face à la présence quotidienne des nouvelles technologie, il devient difficile pour l’enfant de s’y soustraire puisqu’il infiltre même le temps passé dans le foyer familial.

 

Comment savoir si mon enfant est victime de harcèlement ?

 

Là se trouve la partie la plus compliquée : savoir quand son enfant est victime de harcèlement. Souvent vu comme une honte, une chose à cacher, les enfants ont dû mal à se confier, même auprès de leurs parents.

Il existe des signes à surveiller, même s’ils ne sont pas tous synonymes de harcèlement :

  • Votre enfant emporte un goûter mais a toujours faim à la sortie de l’école.
  • Votre enfant « perd » souvent ses jeux, cartes à échanger ou matériel scolaire.
  • Votre enfant refuse peu à peu de se rendre à des événements scolaires festifs.
  • Votre enfant commence à développer une phobie scolaire.
  • Votre enfant s’isole de plus en plus souvent pour pleurer.
  • Votre enfant se dévalorise avec un vocabulaire récurrent.

Il est temps de discuter avec votre enfant pour voir ce qui se cache derrière ses signaux.

Vous pouvez lui poser frontalement la question, avoir une discussion sur le harcèlement car les plus jeunes ne sont pas toujours sensibilisés et ne se reconnaissent pas dans la situation, essayer d’explorer avec lui ses réseaux sociaux. Le téléphone portable de votre enfant est bien souvent l’endroit où vous trouverez les traces de l’harcèlement. Cela peut faire partie d’un contrat entre vous et lui : une autorisation d’installation d’applications comme Instagram ou Snapchat mais en contrepartie une visite des réseaux en sa compagnie de temps en temps.

Si votre enfant ne se confie pas, indiquez lui un adulte de confiance auprès duquel il pourra parler plus librement (grand frère ou sœur, tante, oncle, grand-parents…).

 

Que faire si mon enfant est victime de harcèlement ?

 

Le premier conseil auquel on ne pense pas assez suffisamment est de tenir un carnet de bord de l’harcèlement de votre enfant :

  • Quels signes ?
  • Par qui ?
  • Quand ?
  • Présence de témoins ?
  • Attitude des témoins ?

Vous pouvez également garder des captures d’écrans de ces fameux réseaux sociaux avec l’autorisation de votre enfant. Cela sera sûrement un exercice éprouvant pour lui et il devra se sentir soutenu.

La première chose à faire est de demander un rendez-vous d’urgence au professeur des écoles ou professeur principal de votre enfant en compagnie du directeur d’établissement.

En effet, le directeur d’établissement est responsable des conditions de scolarité de votre enfant et c’est lui qui pourra mettre en place le protocole que nous détaillerons plus tard. Amenez votre carnet de bord durant la réunion et demandez la mise en place d’un protocole harcèlement.

En cas de lenteur de la part de l’établissement, vous pouvez appeler le 3020, un numéro vert qui vous mettra en contact avec le référent harcèlement de l’académie.

Il existe également un numéro vert plus spécialisé sur le cyber-harcèlement : 0800 200 000 .

En aucun cas n’essayez de régler la situation vous mêmes avec les harceleurs ou leurs parents, cela pourrait être contre-productif pour votre enfant et sa situation.

 

harcèlement scolaire

 

Quel est le protocole harcèlement dans les établissements scolaires ?

 

Ce protocole est activé dès qu’un harcèlement est avéré que ce soit suite à une réunion avec les parents, la confidence d’un enfant harcelé, d’un témoin ou l’observation d’un personnel de l’Education Nationale.

Le directeur d’établissement doit établir une série d’entretiens pour recueillir la parole et garder une trace écrite, trace détruite au bout de trois mois.

Tout d’abord, l’enfant harcelé est accueilli pour écouter son récit, établir son état d’esprit, lui indiquer la prise en charge de la situation et lui demander éventuellement des pistes de résolution.

Ensuite, les témoins, quelque soit leur réaction face au harcèlement, sont reçus pour les écouter mais aussi les rassurer face à des élèves violents.

Enfin, l’élève ou les élèves harceleurs sont reçus individuellement. Le chef d’établissement leur signifie qu’un élève s’est plaint de violences répétées sans plus d’informations. Leur récit est écouté puis s’ensuit un rappel des règles de vie commune et l’énonciation des sanctions disciplinaires possibles. Les parents des auteurs sont informés.

Les parents sont également reçus séparément pour informer des possibilités pour l’arrêt de l’harcèlement et les sanctions possibles.

Un suivi de l’élève harcelé est le plus souvent mis en place en compagnie des parents pour s’assurer que la situation cesse.

 

N’oublions pas que le harcèlement moral est un délit et qu’il peut faire l’objet d’un dépôt de plainte.

Lien utile : https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/que-faire/mon-enfant-est-victime/